organisation

Figurentheater Wilde & Vogel

Pays

Allemagne

Théâtre de figures itinérant allemand basé à Stuttgart. Le Figurentheater Wilde & Vogel fut créé en 1997 par le marionnettiste Michael Vogel (né en 1970) et la musicienne Charlotte Wilde (née en 1971).

En 1992, Michael Vogel fit un stage au Théâtre Spejbl et Hurvinek, Divadlo Spejbla a Hurvínka, à Prague et de 1994 à 1997, suivit le cursus « théâtre de figures » (Studiengang Figurentheater) de la Haute École d’État de Musique et des Arts du Spectacle de Stuttgart, Staatliche Hochschule für Musik und Darstellende Kunst Stuttgart, où il enseigna lui-même, dès 1998. Leurs tournées de spectacles pour adultes et pour enfants les menèrent, à partir de 1997, en Europe, en Asie et en Amérique.

C’est le spectacle Exit. Eine Hamletfantasie (Exit. Fantaisie autour de Hamlet, 1997) qui inaugura leur travail. Wilde et Vogel ne recherchent pas la fidélité à l’œuvre d’origine mais recourent à une narration libre jouant sur les associations. Il en fut ainsi pour Toccata. Ein Nachtstück über Robert Schumann (Toccata. Pièce nocturne sur Robert Schumann, 2000). Charlotte Wilde créa la musique pendant les répétitions, en dialogue avec les figures, et accompagna les représentations en direct. Michael Vogel pratique toutes les techniques de manipulation à vue. Il construit lui-même les figures, qui ne sont d’ailleurs jamais vraiment terminées. C’est le regard et l’imagination du spectateur qui agissent en dernier ressort.

La compagnie travaille en collaboration avec des artistes venus d’autres disciplines (comédiens, danseurs, etc.), comme dans le spectacle Orpheus Underground (2001) mis en scène par Frank Soehnle. Michael Vogel et Charlotte Wilde enseignent notamment dans la section « Théâtre de Marionnettes » de l’Académie Teatralna, Akademia Teatralna w Białymstoku, de Varsovie.

(Voir Allemagne.)

Bibliographie

  • Vogel, Michael. “Dinge, die einem passieren” [Des choses qui arrivent à quelqu’un]. Animation fremder Körper [Animation de Corps étrangers]. Ed. Silvia Brendenal. Berlin: Theater der Zeit Arbeitsbuch, 2000, pp. 122-124.