personnage

Mester Jakel

Pays

Danemark

Personnage traditionnel du théâtre de marionnettes danois. Mester Jakel fit son apparition au Danemark en 1790, sans doute par l’intermédiaire de marionnettistes itinérants français. Si l’origine de son nom n’est pas complètement établie, la transformation de Jacques, héros du théâtre de marionnettes dans le nord de la France, est probable. Toutefois, selon Svend Smith, il s’agit d’une forme tyîquement danoise de Maitre Jacques.

Selon les licences accordées par la police, les spectacles le mettant en scène furent présentés à partir de 1795 dans une tente par Kirsten Piils Kilde (Kirsten Piils Well) au parc d’attraction de Dyrehavsbakken (Klampenborg, (le plus ancien parc d’attractions du monde) près d’un atelier de poterie. Au départ, les pots étaient utilisés en guise de gourdins et brisés pendant le spectacle. En 1863, la tente fut remplacée par une baraque en bois peinte en rouge et blanc, couleurs nationales traditionnelles du pays. Cette baraque changea de forme mais resta à sa place jusqu’en 1983. Elle était équipée d’une scène stable et était suffisamment grande pour cacher totalement le manipulateur de la vue du public.

Les pièces sont jouées avec des marionnettes à gaine et, outre Mester Jakel, mettent en scène son épouse Rosalia, le juif, l’officier recruteur, le docteur, le magicien, le diable, le chien et la saucisse. Le canevas est extrêmement simple avec des éléments récurrents et le scénario est toujours le même. Le héros Mester Jakel affronte chacun des autres personnages l’un après l’autre et la plupart des actes se terminent par des combats remportés par le héros.

Mester Jakel est un personnage comique mais il est aussi roublard et irrespectueux. Sa voix est stridente, pénétrante, et sa verve est riche mais le manipulateur n’utilise pas de sifflet pratique. Dans les pièces les plus anciennes, Mester Jakel portait un bonnet rouge à épi et avait parfois des jambes, qui pouvaient être jetées de l’autre côté de la rampe ou servir à donner des coups de pieds. Puis le personnage présenta des traits plus grotesques avec un long nez proéminent, une mâchoire saillante, des yeux protubérants, un large sourire féroce ; il fut habillé d’un costume complet de bouffon et affublé d’un chapeau à clochettes, une apparence comparable à celle de Punch. Le répertoire était largement inspiré des comédies pour marionnettes allemandes même si Madame Rosette a probablement des origines beaucoup plus anciennes. Transmis de génération en génération, les dialogues étaient improvisés jusqu’à ce qu’ils soient fixés sous une forme écrite au XXe siècle, ce qui leur fit perdre de leur richesse et de leur originalité.

Pendant plus de deux-cents ans, ces spectacles de « guignol » danois furent régulièrement présentés au milieu des forains de Dyrehavsbakken et de 1963 à 1983, Erico Lund, qui mettait en scène, en même temps, le personnage de Pierrot, en renouvela le répertoire. Mais à la mort de ce dernier, Mester Jakel resta orphelin jusqu’en 1997, date à laquelle Kurt Flemming reprit tout d’abord le personnage de Pierrot puis l’ancienne tradition dans sa nouvelle baraque rouge et noire, plusieurs fois par jour, pendant les mois d’été.

En 2001, Thy Teater (le Théâtre Thy) présenta Jakel og pølserne (Jakel et les Saucisses), une oeuvre réécrite et dirigée par Hans Hartvich-Madsen. Ce spectacle fut joué plus de deux-cents fois au Danemark aussi bien qu’à l’extérieur du pays durant les huit années suivantes. En 2003 le Marionetteatret i Kongens Have (Le Théâtre de Marionnettes dans les Jardins du Roi) à Copenhague présenta Jakels fataliteter (Les Accidents de Jakel) dans une version remise à jour. Mester Jakel est toujours bien vivant!

(Voir Danemark.)

Bibliographie

  • Enevig, Anders. Pjerrot spiller Mester Jakel [Pierrot joue Mester Jakel]. Copenhague, 1970.
  • Livbjerg, Birgitte. Dukker i Danmark [Les Marionnettes au Danemark]. Oslo : Dukketeater i Norden, 1974.
  • Skaarup, Lilo. Om Mester Jakel og hans familie [Histoire de Mester Jakel et de sa Famille]. Copenhague : Institut d’études théâtrales, université de Copenhague, 1992.
  • Smith, Svend. Mester Jakel. Copenhague, 1945.