personne

Adam Kilian

Pays

Pologne

Prénom

Adam

Nom

Kilian

Naissance

Lvov, Pologne [aujourd’hui Lviv, Ukraine] (1921)

Décorateur, graphiste et illustrateur polonais. Adam Kilian, déporté au Kazakhstan par les Soviétiques en 1940, parvint à rejoindre le corps d’armée polonais du général Władysław Anders, qui, parti d’Irak, remonta jusqu’en Grande-Bretagne en passant par l’Italie. En 1945-1948, il étudia l’architecture au College of Arts and Crafts de Nottingham (Grande-Bretagne), puis retourna en Pologne, où il étudia la scénographie à l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie. De 1948 à 2010, il a toujours travaillé avec le Teatr Lalka (Marionnette), initialement appelé Niebieskie Migdały (Théâtre de Marionnettes « Châteaux en Espagne ») dont il fut le directeur en 1948-1950, puis le scénographe-décorateur, fonction qu’il occupe toujours en 2005.

Il créa plus de trois-cents décors pour le théâtre en général (de marionnettes, d’opéra, d’acteurs), travaillant aussi pour le cinéma d’animation et la télévision.

C’est avec Jan Wilkowski qu’il a produit ses meilleurs spectacles, d’abord au Teatr Lalka de Varsovie : Guignol w tarapatach (Guignol dans le Pétrin, 1956) de Leon Moszczyński et Wilkowski, où acteur et marionnettes semblaient jouer dans une séquence filmée ; O Zwyrtale muzykancie (Zwyrtala le Musicien, 1958) de Wilkowski d’après Kazimierz Przerwa-Tetmajer, où l’action suivait une séquence de peintures populaires sur verre ; puis au théâtre de marionnettes, Teatr Lalek Pleciuga, de Szczecin : Spowiedź w drewnie (Confession en bois, 1983) de Wilkowski, où il évoqua les Christ populaires en bois ; Żywoty Świętych (Vies de saints, 1983) d’après Jedrzej Wowro ; enfin, au Théâtre de Marionnettes de Białystok, Białostocki Teatr Lalek : Decameron 8,5 (1986) d’après Boccace, où des acteurs en costumes Renaissance trament l’action à l’aide de pièces d’échecs, d’accessoires et de toutes sortes de théâtres de mains.

Un matériau, l’osier, s’imposa très tôt à Kilian, qui ne cessa de l’utiliser, notamment dans Zaklęty rumak (Le Destrier magique, 1960, Teatr Lalka) de Bolesław Leśmian, mise en scène par Zbigniew Kopalko et Pańczatantra (Panchatantra, 1973, idem) mise en scène par Julianna Całkowa.

Adam Kilian s’est distingué par son inspiration folklorique et polonaise traitée de manière personnelle, notamment par l’apport du dessin d’enfant et par un gout poussé de la couleur. Ainsi ses créations se distinguent par l’usage de la couleur pure, un humour délicat et une constante allégresse créatrice.

(Voir Pologne.)

Bibliographie

  • Jurkowski, Henryk. “Adam Kilian”. Teatr Lalek, No 2. Łódź: POLUNIMA, 1994.
  • Koecher-Hansel, Agnieszka. “Adam Kilian – Świat radosnych barw i kształtów” / “Adam Kilian’s World of Joyful Colours and Forms” [Le Monde des joyeuses Couleurs et Formes d’Adam Kilian]. Teatr Lalek. Nos. 1-2. Łódź: POLUNIMA, 1995. (En polonais et en anglais)
  • Rembowska, Aleksandra, ed. KILIAN. Fascynacje / Fascinations [KILIAN. Fascinations]. Warszawa: Teatr Lalka, 2015. (En polonais et en anglais)
  • Rogacka, Joanna. Adam Kilian. Dokumentacja działalności [Adam Kilian. Documentation sur son Activité]. Vol. 6 of  “Lalkarze. Materiały do biografii” séries. Ed. M. Waszkiel. Łódź, 1995 (comprenant une bibliographie).
  • Sych, Honorata. Tajemnice teatru lalek [Secrets de Théâtre de Marionnettes]. Łódź: Muzeum Archeologiczne i Etnograficzne, 2010.
  • Waszkiel, Marek. Dzieje teatru lalek w Polsce, 1944-2000 [Histoire du Théâtre de Marionnettes en Pologne, 1944-2000]. Warszawa: Akademia Teatralna im. Aleksandra Zelwerowicza, 2012.