personne

Johan Christoffer Heuserman

Pays

Suède

Prénom

Johan Christoffer

Nom

Heuserman

Naissance

Hambourg, Allemagne (1810)

Decès

Stockholm, Suède (1880)

Marionnettiste itinérant considéré comme le père de la marionnette suédoise. Johan Christoffer Heuserman s’installa à Göteborg en 1857 comme « montreur de marionnettes et harpiste ». Il  voyagea par la suite à travers tout le pays (Norvège, Suède, Russie et Finlande) avec sa femme Maria Wisbar (et plus tard leurs cinq enfants) et reçut la nationalité suédoise en 1877.

C’est à travers ses anciens passeports, déposés aux archives municipales, que ses visites dans plusieurs villes suédoises ont été attestées, et son installation définitive à Stockholm dans les années 1860 est rapportée par un hebdomadaire mentionnant les productions d’un « théâtre de Polichinelle » mettant en scène des marionnettes à fils. Une publicité datant de 1863 annonce qu’il joue un spectacle intitulé « Metamorphos-Kabinett et Panorama ». Pendant cette période, Heuserman s’identifie comme étant un

« mechanicus » tandis que dans une paroisse allemande de Stockholm, il est enregistré comme « artiste » et que les autorités de la ville le disent « harpiste ».

Après un séjour à Göterborg, il revient à Stockholm où, en 1871, son théâtre présente les histoires de Kasper avec des marionnettes à gaine. Il joue également de l’orgue de barbarie et du violon. Vers la fin de sa vie, il se disait « montreur de panoramas ». Se produisant la plupart du temps à Stockholm, il installait son castelet dans le parc le plus important et le plus fréquenté de la ville, le Djurgården. Maria Wisbar, l’épouse de Heuserman, présentait des trucs de magie. Par exemple, elle transportait des poids lourds avec sa chevelure. Elle jouait également du violon et chantait en compagnie de ses enfants.

Johan Christoffer Heuserman a véritablement introduit la tradition des marionnettes en Suède, en en faisant une forme d’art permanente et appréciée. Il a fait de Kasper un personnage influencé par Polichinelle et Punch. Ces courtes pièces reprenaient les motifs classiques de Kasper où celui-ci rencontrait l’Officier, le Créditeur, le Policier, sa femme, et le Diable ; certains épisodes mettaient en scène son Chien, son Bébé et le Crocodile ainsi que de courts extraits issus de la tradition de Faust.

Il mourut en 1880 et le théâtre Kasper du Djurgården fut repris l’année suivante par son beau-fils, l’Allemand Christoffer Kegel et plus tard, d’autres propriétaires l’ont dirigé. Les textes écrits sur la marionnette, par le dramaturge August Strinberg, sont inspirés par le théâtre de Heuserman.

Le théâtre Kasper survécut ainsi plusieurs années, passant d’un propriétaire à l’autre jusqu’à l’ouverture du musée Skansen, installé en plein air au sein même du parc au début du XXe siècle. L’été, pendant les week-ends, le musée continue à présenter des pièces avec des figurines datant des années 1910.

(Voir aussi Suède, Troupes itinérantes.)