organisation
Galerie
Théâtre ambulant de la compagnie britanique Tiller Clowes Marionettes (fin du XIXe siècle). Photo réproduite avec l'aimable autorisation de Collection : The National Puppetry Archive

Tiller Clowes Marionettes

Compagnie ambulante britannique de marionnettes créée dans la seconde moitié du XIXe siècle. Les familles Tiller et Clowes furent parmi les dernières à voyager avec leur castelet en bois couvert d’une bâche et à présenter un répertoire de mélodrames comme Maria Marten ou East Lynne. Vers 1860, Ambrose Tiller, de Southampton, fut embauché par un grand entrepreneur de spectacles de marionnettes à fils, John Simms. Le partenaire de ce dernier, John Hunt, fut tué par une tempête alors qu’il démontait le castelet, en 1863. Sa veuve, Eliza Cheadle, membre elle-même d’une compagnie ambulante de théâtre et de marionnettes, devint la partenaire (privée et professionnelle) d’Ambrose Tiller et la fille qu’elle avait, de son mariage avec Hunt, épousa John Clowes, autre membre d’une compagnie (théâtre et marionnettes) de la région de Birmingham. Il y eut une demi-douzaine de compagnies Clowes et Tiller, actives jusqu’en 1915. Sid Tiller continua toutefois jusque dans les années trente et Ambrose Tiller II a ouvert un cinéma où les marionnettes servaient parfois de complément de programme.

Les Clowes étaient reconnus comme constructeurs de marionnettes et nombre des marionnettes à fils Tiller sortaient, en fait, de leurs mains. En 2005, elles sont le dernier ensemble de figures victoriennes fabriquées entre la fin du XIXe siècle et le tout début du XXe. Moins « naturalistes » que celles de Thomas Holden, elles étaient très bien adaptées à leurs rôles dans les drames joués devant des publics principalement ruraux. Elles peuvent se classer en trois groupes : figures dramatiques propres à jouer des emplois ; figures pour l’arlequinade qui concluait toujours la pantomime victorienne ; marionnettes à subterfuge. La taille des figures dramatiques était de 70 centimètres environ, avec une tête un peu grosse pour le corps, et entièrement articulées. La majorité d’entre elles sont animées par un contrôle propre à la Grande-Bretagne, consistant en deux barres horizontales.

(Voir Grande-Bretagne, Troupes itinérantes.)

Bibliographie

  • McCormick, John. The Victorian Marionette Theatre. Iowa City (IA): Iowa Univ. Press, Studies in Theatre History and Culture, 2004.