organisation
Galerie
Giordano Ferrari (1905-1987), un directeur de la compagnie de marionnettes italienne de la famille Ferrari, I Burattini dei Ferrari. Photo réproduite avec l'aimable autorisation de Il Castello dei Burattini – Museo Giordano Ferrari (Parma, Italy)

I Burattini dei Ferrari

Pays

Italie

Compagnie de marionnettistes italienne. La troupe familiale de marionnettes à gaine des Ferrari est l’une des plus anciennes d’Europe. Elle est présente sur la scène depuis l’hiver 1892, lorsque Italo Ferrari, cordonnier de son métier, aidé et encouragé par ses maîtres burattinai Arturo et Francesco Campogalliani, donna à Roncopascolo, dans la province de Parme, son premier spectacle. Un autre marionnettiste, Galli, lui avait prêté castelet et marionnettes. Italo Ferrari joua La foresta perigliosa (La Forêt dangereuse), une pièce du répertoire des Campogalliani. L’aventure des Ferrari, qui continue après plus d’un siècle, était lancée.

Italo tourna longtemps avec la compagnie des Campogalliani à travers les villes et villages de l’Émilie, puis il s’orienta quelque temps vers le théâtre d’acteurs, à Turin.
Il revint à Parme et redevint marionnettiste. Sa femme, Ebe Avanzini, prêtait sa voix aux personnages féminins. Italo Ferrari modifia tout le répertoire traditionnel des marionnettes à gaine, le faisant passer non sans difficulté des tragédies, alors en vogue, au théâtre comique. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, en pleine crise économique, la compagnie ne jouait guère plus d’une fois par semaine. Pour augmenter ses revenus, elle monta un orchestre de bal qui obtint un franc succès.

Vers 1948 la compagnie des Ferrari recommença à se vouer exclusivement aux marionnettes. Elle jouait régulièrement aux Thermes de Salsomaggiore. Ses pièces étaient données à la radio et elle participa en 1953 aux premières émissions expérimentales de la télévision italienne. Italo mourut sur scène, à Parme, en mars 1961, pendant la représentation de I due anelli magici (Les Deux Anneaux magiques).

À sa mort, son fils Giordano (1905-1987) prit la direction de la troupe. Celle-ci était alors composée de Giordano Ferrrari, de sa femme Bianca Anesi, chanteuse lyrique qui prêta sa voix de soprano aux marionnettes féminines, et de leur deux fils : Italo junior, dit Gimmi, qui parallèlement connut un succès rapide avec un groupe de rock, et Luciano, administrateur, imprésario, âme et moteur de la compagnie, complément indispensable de Giordano qui, entre-temps, avait perdu la voix à la suite d’une opération aux cordes vocales. Toutefois, Luciano mourut en 1978, à quarante-quatre ans. Gimmi abandonna la musique et prit la tête de la compagnie, qu’il animait en 2005 avec sa femme Manuela, son fils Giordano junior et Daniela, fille de Luciano.

Les Ferrari ont considérablement fait évoluer la tradition de la marionnette à gaine du centre de l’Italie, y ont introduit une importante composante musicale, souvent originale, et ont assimilé à leur profit les techniques scéniques modernes. Ils ont créé leur propre maschera (« masque », personnage typique) : Bargnocla, sympathique homme du peuple, marqué sur le front d’une bosse symbole de tous les malheurs possibles. Le répertoire des Ferrari se compose aujourd’hui de pièces traditionnelles comme I tre bravi alla prova, d’après Ruzzante, ou Fata Morgana, et de créations surprenantes comme par exemple leur version à grand spectacle du Chat botté, qu’ils ont joué jusqu’en Amérique latine et en Thaïlande.

Enfin, les Ferrari sont dépositaires de l’une des plus grandes et plus belles collections de marionnettes d’Italie : nombre de compagnies familiales qui, l’une après l’autre, après la Première Guerre mondiale, fermaient boutique, ont laissé leurs trésors à Giordano Ferrari. Cette collection est visible à Parme, au Museo Ferrari logé dans un palais du XVIe siècle.

(Voir Italie.)

Bibliographie

  • McCormick, John, with Alfonso Cipolla and Alessandro Napoli. The Italian Puppet Theater – A History. Jefferson (NC): McFarland & Co., 2010.