personne

Paul Ranson

Pays

France

Prénom

Paul

Nom

Ranson

Naissance

Limoges, France (1861)

Decès

Paris, France (1909)

Peintre français, membre du groupe nabi, animateur d’un théâtre de marionnettes et auteur de pièces. Dès 1890, Ranson donnait dans son atelier des séances de « guignol », avec ses amis nabis, Sérusier, Maurice Denis, Bonnard, Vuillard, K.-X. Roussel. Parallèlement, il collaborait au Théâtre d’art de Paul Fort, qui inventait alors le théâtre symboliste. Ces expériences ouvrirent la voie à une conception « artiste » des marionnettes.

Ranson et ses amis créèrent Les Sept Princesses, de Maurice Maeterlinck, en 1892, dans l’hôtel particulier d’un conseiller d’État, avec un rideau de scène de Verkade, des marionnettes (à un fil) et un décor de Maurice Denis ; en seconde partie, La Farce du pâté et de la tarte (XVe siècle) était donnée dans un décor de Vuillard. En 1894, Ranson réinterpréta librement Paphnutius, pieux drame de l’abbesse Hrotswitha (Xe siècle), adapté par A.-Ferdinand Hérold, devant un public comptant Mallarmé et Debussy.

Dès cette époque, il donnait aussi, avec ses marionnettes (à gaine), des pièces bouffonnes, scabreuses, anticléricales et antimilitaristes mettant en scène l’abbé Prout. Type de l’abbé de salon, à la lippe rouge et à la voix nasillarde, Prout en rajoutait sur les énormités bien-pensantes de ses comparses, le duc nationaliste Gontran de Percefort ou la cocotte Clotilde de Blanc-Bedon. Sept pièces furent publiées dans L’Abbé Prout. Guignol pour les vieux enfants (1902) ; ce sont : L’Armoire des voluptés, Le Lis de la vallée, Le Subterfuge culinaire, Le Presbytère, Le Mariage noble, Sous l’œil de saint Huron, Le Sabre et le Goupillon. En 1903, certaines furent jouées chez André Fontainas, avec des marionnettes dues au sculpteur Georges Lacombes, le spectacle étant présenté par Alfred Jarry. Ainsi Ranson se trouve-il au cœur d’un renouveau esthétique intégrant l’art de la marionnette, entre le Petit Théâtre de Maurice Bouchor et Henri Signoret (1888-1892) et le Théâtre des Pantins de Jarry et Claude Terrasse (1898).

(Voir France.)

Bibliographie

  • Jurkowski, Henryk. Écrivains et marionnettes. Quatre siècles de littérature dramatique. Charleville-Mézières: Éditions de l’Institut international de la marionnette, 1991, pp. 262-267.
  • Ranson Bitker, Brigitte. « Un nabi “ fou de guignol ” ». Paul Élie Ranson. Du Symbolisme à l’Art nouveau. Catalogue d’exposition. Paris: Somogy, 1997.