personne

Guido Van Deth

Pays

Pays-Bas

Prénom

Guido

Nom

Van Deth

Naissance

Bruxelles, Belgique (1913)

Decès

La Haye, Pays-Bas (1969)

Marionnettiste néerlandais. Les marionnettes à gaine étaient dédaignées, quand Guido van Deth commença à les employer. Elles faisaient populaires. C’est donc ce préjugé qu’il dut combattre avant même de commencer à les manipuler, et encore dut-il vaincre de fortes résistances pour imposer ses marionnettes, son répertoire et sa conception artistique. Rétrospectivement, il est, avec Cia van Boort, l’un des plus grands marionnettistes de son temps. C’est en 1946, après avoir été membre de la Haagse School, qu’il parvint à fonder, à La Haye, son propre théâtre de marionnettes, à la fois fixe et ambulant. Il créa aussi, avec quelques confrères, un autre théâtre, le Theater van de Verenigde Poppenspelers / Theater der Verenigde Poppenspelers (Théâtre des Marionnettistes associés). Ils jouaient dans tout le pays, échangeant leurs expériences artistiques. Leur professionnalisme stimula l’art de la marionnette, mais les difficultés financières vinrent à bout de leur entreprise quelques années plus tard.

Guido van Deth joua d’abord pour les adultes, puis pour les enfants. Auteur, il écrivait ses propres textes. Les marionnettes, à gaine pour la plupart, réalistes ou non conventionnelles, étaient soit commandées à des artistes plasticiens, soit créées par lui et sa femme. À son nom, en effet, est associé de celui de Felicia Beck, qui devint son assistante en 1950, puis son épouse. Leur répertoire consiste en une quarantaine de pièces pour publics enfantin et adulte. Quelques titres : Suuske en zijn Ezeltje (Suuske et son petit Âne), De Verdwenen Prinses (La Princesse perdue), Singo en de Sneeuwfant (Singo et le neige-phant) and De Uizers (Les Uizers). De Uizers est la dernière pièce que Guido et Felicia van Deth créèrent ensemble. Leurs pièces reflètent leurs conceptions humanistes et leur foi dans les capacités humaines et dans l’amitié. Pour Guido et Felicia van Deth, l’art de la marionnette n’est pas une fin en soi. C’est un moyen pour faire réfléchir sur la société.

À la mort de Guido van Deth, Felicia poursuivit ses activités, d’abord reprenant une partie de ses pièces, puis créant ses propres spectacles. Le théâtre a fermé ses portes en 2000.

Avec son théâtre Poppentheater Guido van Deth, Guido van Deth avait ouvert, en 1946, un musée de la marionnette, le Museum voor het Poppenspel, à La Haye. Il avait réuni des marionnettes du monde entier, se renseignant sur leur origine, les restaurant si nécessaire. La collection comporte un millier de pièces, dont un ensemble de wayang indonésien, des estampes, des affiches, et une bibliothèque de quelque 1 200 titres spécialisés. Lui-même avait mené des recherches sur tous les types connus de marionnettes. Après sa mort, la collection devint un musée officiel (1971), puis un département de l’Institut néerlandais du Théâtre, Theater Instituut Nederland (TIN, 1980), qu’elle rejoignit après la fermeture du musée en 1996.

(Voir Pays-Bas.)

Bibliographie

  • Alkema, Hanny, et al. Poppen-, object en beeldend theater in Nederland [Marionnettes, objets et théâtre d’images aux Pays-Bas]. Amsterdam: Nederlands Poppenspel Instituut, 1991.