personne
Galerie
Sergueï Obraztsov, avec la marionnette Tyapa de la revue de marionnettes, <em>Kolybelnaya</em> (Berceuse, photo des années quatre-vingt). Photo réproduite avec l'aimable autorisation de Collection : Gosudarstvenny akademichesky tsentralny teatr kukol imeni S. V. Obraztsova, Musée de la Marionnette (Moscou, Russie)

Sergueï Obraztsov

Prénom

Sergueï

Nom

Obraztsov

Naissance

Moscou, Russie (1901)

Decès

Moscú, Russia (1992)

Marionnettiste et homme de spectacle (acteur, metteur en scène, auteur, théoricien, scénariste) russe. Diplômé des Vkhoutemas (Ateliers nationaux supérieurs technico-artistiques) en 1921, Sergueï Vladimirovitch Obraztsov fut lauréat, la même année, d’un concours organisé par le Moskovsky khudozhestvenny teatr (Théâtre d’Art de Moscou) où il fut engagé comme comédien et où il resta jusqu’en 1930. Étudiant, déjà, il avait fabriqué plusieurs marionnettes à gaine et il jouait de petites parodies devant des amis. Il se produisit plus tard devant des publics plus nombreux. Le répertoire d’Obraztsov comprenait des sketches où il employait diverses techniques pour faire évoluer ses personnages en même temps qu’il chantait. Un de ses spectacles les plus connus était My sideli s toboi … (Assis seuls près d’un ruisseau murmurant), de Tchaïkovski, pour lequel les visages de l’homme et de la femme n’étaient que des boules de bois, neutres, qu’il manipulait à mains nues (voir Marionnette digitale). Les « romances pour marionnettes » d’Obraztsov devinrent très populaires à Moscou dans les années trente. Il fut invité à jouer devant des personnalités, des membres du gouvernement soviétique et même devant Staline.

En 1931, il fut nommé à la tête du Théâtre de Marionnettes de Moscou nouvellement créé (voir Gosudarstvenny akademichesky tsentralny teatr kukol imeni S.V. Obraztsova). Organisateur doué, il commença avec une douzaine de collaborateurs et termina sa carrière avec une équipe de trois cent cinquante personnes.

Obraztsov, malgré son expérience précoce du numéro de variétés, était un novice en matière de marionnettes. S’il respectait la pratique traditionnelle, il ne s’y intéressait guère. Le « nouveau théâtre de marionnettes », selon lui, devait avoir une existence propre. Il se tourna donc vers la méthode de Constantin Stanislavski (1863-1938, fondateur du Théâtre d’Art de Moscou) qui avait été son maître. Cette conception du jeu intériorisé exigeait de l’acteur qu’il ne fît qu’un avec sa marionnette au lieu de seulement la manipuler, et cette évolution demandait aussi des scénographes et des auteurs différents.

D’emblée le théâtre d’Obraztsov, activement soutenu par l’État soviétique, connut le succès. Aux pièces pour enfants des années quarante s’ajoutèrent régulièrement des spectacles pour adultes. Il s’installa en 1970 dans une nouvelle salle spécialement équipée.

Obraztsov créa soixante et un spectacles, tous différents et avec des succès inégaux. Le plus connu est Neobyknovenny kontsert (Le Concert insolite, 1946, initialement intitulé Le Concert habituel) créé en collaboration avec le scénographe Valentin Andrievitch (1908-1985). Cette parodie, jouée sans interruption et dont le cinquantenaire fut célébré en 1996, reste à l’affiche du théâtre.

Débordant d’énergie malgré sa charge de travail, Obraztsov explorait d’autres domaines. Il écrivit des livres sur la marionnette (Moya professiya Mon métier, 1950, traduit en français, Moscou, Éditions en langues étrangères, s. d.) ; des livres sur les relations entre les différents arts (Po stoupenkam pamyati Le Long des escaliers de la mémoire, Moscou, Sovetskïy pisatel, 1987) ; et, pour les enfants, des livres sur la nature et les animaux.

Il tourna plusieurs films, enregistrant sur pellicule ses monologues Udivitelnoye ryadom (Surprises sous peu, 1962), Kinokamera obviniayet (La Caméra accuse, 1968), Neveroyatnaya pravda (L’Incroyable Vérité, 1971) ainsi que des documentaires en réponse aux lettres envoyées par son public, comme Komu on nuzhen etot Vaska ? (Qui veut de Vaska le chat ?, 1973).

Il donnait des conférences, dirigeait les programmes d’enseignement et enseignait (de 1970 à 1975) à l’Académie de Moscou d’art dramatique, militait au Comité pour la paix et prenait la parole à ses congrès.

Président de l’Union internationale de la marionnette (UNIMA) de 1976 à 1984, puis membre honoraire de l’organisation, Sergueï Obraztsov fut le seul marionnettiste à recevoir les médailles de héros du travail socialiste et d’artiste du peuple soviétique.

(Voir aussi Gosudarstvenny Akademichesky Tsentralny Teatr Kukol imeni S.V. Obraztsova, Russie.)

Bibliographie

  • Academia Obraztsova. Moscow: Design House, 2007.
  • Jurkowski, Henryk, and Penny Francis. A History of European Puppetry: The Twentieth Century. Vol. 2. Lewiston: Edwin Mellen Press, 1996-1998, pp. 106-112; 147-151; 225-230; 261-293.
  • Obraztsov, S.V. Mon métier. Moscou: Éditions en langues étrangères, 1950, 255 pp., ill. (en russe, français, allemand).
  • Obraztsov, S.V. Po stupenkam pamyati [Le Long des escaliers de la mémoire]. Moscow, 1987, 367 pp.
  • Obraztsov, Sergei. Teatr koukol [Le Théâtre de marionnettes]. Moscow, 1981 (en russe, documentation photographique).
  • Philpott, Alexis Robert. Dictionary of Puppetry. Boston: Plays Inc., 1969, pp. 171-172.
  • Smirnova, N.I. Teatr Sergeya Obraztsova [Le Théâtre de Sergueï Obraztsov]. Moscow: Nauka, 1981.